JADA : Rencontre avec Maria Melchior, chercheuse et co-constructrice

Publié par L'Arbre des Connaissances, le 20 juin 2019   45

Xl visuel interviews

Rencontre avec Maria Melchior, chercheuse Inserm autour des inégalités sociales dans le domaine de la santé mentale et co-constructrice.

La co-construction avance avec une troisième réunion du comité de pilotage doit se réunir avant l’été, pour valider une première version du jeu qui sera testée en classe dès la rentrée de septembre.

Ainsi, dans le cadre des interviews, j’aimerais vous présenter Maria Melchior, chercheuse à l’Institut nationale de la santé et de la recherche médi­cale (Inserm). Membre de l’Équipe de Recherche en Épidémiologie Sociale (ERES), elle travaille plus spécifiquement autour des inégalités sociales dans le domaine de la santé metale, et plus particulièrement de la dépression et les conduites addictives.

Maria Melchior
  • Selon vous le débat peut-il être un bon moyen afin de transmettre des notions scientifiques aux jeunes ?

Maria : Oui bien-sûr, débattre est une excellente manière de transmettre des notions scienti­fiques, puisque le cadre du débat oblige à réfléchir, poser une hypothèse, agencer des ar­guments, s’interroger sur leur validité ou la possibilité d’autres explications alternatives. C’est très important pour développer l’esprit critique, exactement comme dans  la démarche scientifique!

  • Quelle est selon vous l’information scientifique la plus importante à faire passer/transmettre aux jeunes à travers ce Jouer à Débattre Addictions ?

Maria : L’information la plus importante à faire passer est le fait que  l’addiction est au croi­sement d’un produit, de caractéristiques individuelles, et d’un contexte. Nous sommes tous différents face aux produits psychoactifs, mais ceux modifient le fonctionnement du cer­veau. In fine, l’addiction est une maladie et pas une question de volonté comme on le pense encore trop souvent. Tout le monde pense pouvoir ‘maîtriser’ sa consommation au départ!

  • Avez-vous des choses à ajouter ?

Maria : Je trouve l’idée d’aborder les addictions par l’intermédiaire d’un jeu très intéressante, et je suis ravie de participer à ce projet.

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour continuer de suivre l’avancée du projet ! Twitteret Facebook