Des Apprentis Chercheurs dans les laboratoires

Publié par Université de Picardie Jules Verne, le 3 juin 2024   85

Cette année, l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV), a eu le plaisir d’accueillir huit Apprentis Chercheurs dans les unités de recherche LG2A,  Chimère et Edysan. Ce dispositif national est coordonné par l'association l'Arbre des Connaissances

Des élèves de collège et lycée, viennent en binôme découvrir le métier de chercheur pendant huit semaines au sein des laboratoires. Au cours de ces séances de travail, ils explorent un thème de recherche en laboratoire ou sur le terrain, en compagnie de leurs encadrants chercheurs ou doctorants.

Pour participer, les élèves doivent être dans un établissement partenaire du dispositif et candidatent en proposant une lettre sur leur motivation à intégrer l’expérience. Pour cette édition, près de trente candidatures ont été épluchées pour retenir quatre binômes.

Noé, élève de troisième, au Collège Auguste Janvier à Amiens, a « toujours voulu savoir comment ça faisait d’être dans un laboratoire scientifique ». Grâce au dispositif des apprentis chercheurs, il a pu découvrir l’envergure du laboratoire LG2A (Laboratoire de Glycochimie et des Agroressources d’Amiens) de l’UPJV, et même réaliser quelques manipulations. Avec son binôme Maïa, élève de seconde au Lycée Robert de Luzarches, et leur encadrant le Pr. Albert Nguyen Van Nhien, enseignant-chercheur, ils ont travaillé sur la synthèse des solvants verts. Munis de leurs blouses blanches, ils ont manipulé des solvants avec des « noms un peu compliqués à retenir » comme nous confie Maïa. 

Zoé (Lycée Robert de Luzarches) et Emile (Collège Auguste Janvier) se sont quant à eux rendus à la forêt de Compiègne pour faire de l’anthracologie (analyse des charbons de bois pour déterminer les essences d’arbres dont ils proviennent), avec le laboratoire Edysan. Plus précisément, ils ont étudié les paysages forestiers du Moyen-âge dans cette forêt à certains endroits bien précis. Ils ont récolté des seaux de terre, puis les ont emmenés au laboratoire pour analyse. Emile et Zoé ont réalisé toutes les étapes de l’analyse anthracologique : récupérer la terre, tamiser, la sécher, trier les charbons, analyser les charbons… Il y a tellement de choses encore à découvrir qu'Emile est déjà prêt à recommencer pour son stage de seconde. 

Comme des pros, ils sont minutieux, parce que chaque fois, il faut répéter les bons gestes, choisir les bons termes, prendre des notes, écouter les conseils… A l’intérieur des laboratoires, ils ont la possibilité d’utiliser les microscopes, les balances, les chauffe-ballons… Tout ce qui est nécessaire pour mener les expériences à bien. 

La curiosité de ces jeunes est étonnante. Être apprentis chercheurs, pour eux, c’est avant tout réaliser une nouvelle expérience qui pourra peut-être aiguiller leurs orientations. Pour les encadrants, c’est aussi un moyen de partager leurs savoirs, leurs méthodes de travail et d’ouvrir les portes de leurs laboratoires souvent inconnus du grand public. Il ne faut pas oublier que la diffusion du savoir fait aussi partie du métier de chercheur. 

À la manière des chercheurs, en fin d'année, ils présentent leurs travaux à lors du congrès des Apprentis Chercheurs. Le congrès réunit parents, enseignants, encadrants et amis… C’est un moment privilégié — mais qui peut être impressionnant — pour échanger sur la science et revenir sur leurs expériences enrichissantes.