UPJV - Portrait de "Femmes en sciences" - Maryam MIRZAKHANI

Publié par UPJV - SAVOIRS - Partager la culture scientifique, le 27 mai 2021   110

Xl csti rvb

Dans le cadre du projet proposé par l'AFNEUS, l' association des étudiants en science de l'UPJV publient toutes les semaines, des portraits de femmes scientifiques, dans une série intitulée : "Femmes en sciences"

L' objectif de ce projet étudiant est d’encourager les femmes à continuer de s’orienter et de travailler dans le domaine scientifique, de déconstruire les préjugés en luttant contre les stéréotypes, en réattribuant et valorisant le travail réalisé par ces figures scientifiques"

Les étudiants vous invitent cette semaine à découvrir le portrait de Maryam MIRZAKHANI. Grande mathématicienne iranienne, Maryam Mirzakhani est née le 12 mai 1977 à Téhéran (Iran) et est décédée le 14 juillet 2017 à Stanford (Etats-Unis). D'abord attirée par les lettres, elle se passionnera par les mathématiques. Maryam sera diplômée de Mathématiques à l'université de Téhéran et sa thèse sera soutenue à l'université d'Harvard. Elle a travaillé sur les surfaces de Rieman et les espaces de modules reliant plusieurs domaines mathématiques comme, la géométrie hyperbolique, la topologie et les systèmes dynamiques.

📆 Quelques dates importantes…

En 1994 et 1995, elle obtiendra la médaille d'or aux Olympiades internationales de Mathématiques (avec un score parfait en 1995) ce qui lui ouvrira les portes de l'université de technologie de Sharif de Téhéran qui est très sélective. À Harvard, en 2004, elle présente un doctorat de mathématiques sur le nombre de géodésiques fermées simples,se sera un changement dans l'histoire des mathématiques car non seulement elle résout deux problèmes majeurs de mathématiques, mais de plus elle les relie. De 2008 à 2017 elle sera professeure à l'Université de Stanford et dans ces années elle recevra plusieurs prix comme en 2013 le Prix Ruth Lyttle Satter, en 2014 le Clay Research Award et en 2014 également elle sera la première femme à recevoir la Médaille Fields qui est la plus prestigieuse récompense décernée à des mathématicien·ne·s de moins de 40 ans.