Biodiversité, ornithologie et fusée à eau chimique... : activités de découverte technique et scientifique

Publié par CEMEA de Picardie, le 7 mars 2017   380

Xl 00 qui sommes nous

Dans le cadre de « PicardieScience », les CEMEA et les Francas proposent des actions de formation, auprès d’animateurs périscolaires et d’enseignants, qui ont pour objet d’apporter de nouvelles techniques pédagogiques et de conception d’activités autour des sciences.

Deux petits films de présentation ont été réalisés lors des dernières formations et sont proposés ci-dessous.


Formation encadrée par les CEMEA et les Francas pour des animateurs périscolaires et des enseignants à la Maison pour tous d’Abbeville.


Le thème de la formation, mais surtout du défi technologique, était basé sur la biodiversité, et plus précisément sur l’ornithologie. La technique scientifique mise en avant était la découverte de l’impression 3D comme outil de conception d’objets pour alimenter le défi.


Ali Medmoun, formateur des CEMEA de Picardie, ainsi que Cédric Soulabaille, chargé de mission PicardieScience aux CEMEA de Picardie, travaillent depuis 1 an avec une inspectrice de l’éducation nationale sur la circonscription d’Abbeville : Mme Vermunt.

Ce travail commun a permis de mettre en place ces formations en lien avec l’Académie d’Amiens et favoriser le rapprochement des animateurs/enseignants avec les organismes de formations pour ainsi toucher un large champ de professionnels de l’éducation et ainsi faciliter l’ouverture de temps scolaires et périscolaires en rapport avec les sciences.

Marc Dallery, éducateur sportif et passionné d’ornithologie est un exemple de cette approche.


Le thème de cette formation avait été choisi pour son aspect scientifique mais aussi pour son importance sociétale avec un enseignement civique. Il est important de sensibiliser les enfants à la biodiversité, la nature dans son ensemble.

Les CEMEA et les Francas prennent ici toute leur importance et sont reconnus dans une tradition de formation avec une compétence du rapport au Monde qui est importante dans la démarche d’apprentissage et dans les attentes des nouveaux programmes scolaires.

Les enfants peuvent en tirer un bénéfice : « Agir pour apprendre, agir pour grandir, agir pour devenir citoyen, citoyen de demain ».


Le groupe de formation s’était déplacé à la réserve ornithologique du Grand Laviers avec Marc Dallery qui a présenté la réserve et l’atelier d’apprentissage mis en place. Projet mis en lien avec les écoles et les accueils collectifs de mineurs de la communauté de communes de l’Abbevillois.

L’utilité est ainsi de définir les normes et règles de pratique autour de l’ornithologie afin que les animateurs/enseignants puissent faire apprendre et transmettre leur connaissance lors d’ateliers pédagogiques.

Un témoignage d’une enseignante met l’accent sur l’apport de nouveaux moyens d’apprentissage pour les enfants en classe.


L’action de formation se termine ainsi par une observation des oiseaux et une sensibilisation à l’environnement. Le message principal étant d’apprendre “à gérer les choses“ pour permettre de préserver la nature le plus possible dans un aspect scientifique.


Formation encadrée par les CEMEA et les Francas pour des animateurs périscolaires dans les locaux de la Communauté de Communes du Payx d’Oise et d’Halatte (CCPOH) de Pont-St-Maxence.



Ali Medmoun, formateur des CEMEA de Picardie et Cyril Guivarc’h, formateur des Francas, nous présente la réflexion conjointe des deux organismes pour créer un catalogue d’actions de formations et concevoir des outils ainsi qu’un programme de formation. La phase suivante aujourd’hui étant de mettre en place ces formations.


Le thème de la formation à Pont-St-Maxence est basé sur la fusée à eau chimique. Le but étant de faire décoller une bouteille d’eau le plus haut possible avec des matériaux et des réactions chimiques de bases et pouvant être utiliser par tous.

Ali et Cyril ont amené à une réflexion sur l’approche théorique et pédagogique de l’activité pour pouvoir la retranscrire avec les enfants dans les futurs temps périscolaires.

Le but de l’expérimentation était de mêler les sciences à la culture de chacun, à la société, à la citoyenneté. Ce qui favorise une discussion autour des problématiques écologiques et humanistes. Les animateurs pouvant transmettre leurs connaissances sur ces sujets aux enfants qu’ils prennent en charge par la suite.


D’après les témoignages des animateurs lors de cette formation, celle-ci est très valorisante et permet d’apprendre à parler, travailler sur les sciences avec peu de moyens et par étapes. Cela permet de développer l’esprit critique et la prise d’initiative en recherchant l’erreur pour dédramatiser l’échec et ainsi avancer dans le projet.

Cette formation fut une découverte majeure pour les animateurs et le sera surtout pour les enfants lors des futurs temps d’animation.