Conception d'activités et Pédagogie : les CEMEA et les FRANCAS se rencontrent

Publié par CEMEA de Picardie, le 7 mars 2017   180

Xl sans titre

Dans le cadre de « PicardieScience », les CEMEA et les Francas proposent des rencontres entre membres actifs des deux associations qui ont pour objet d’échanger sur les techniques pédagogiques et de conception d’activités, autour des sciences.

Un petit film de présentation, proposé ci-dessous, a été réalisé lors du dernier regroupement.


Ce regroupement organisé à la MFR de Saint-Sulpice (60) permet un temps de rencontre entre des militants de chaque association.

Cette rencontre s’inscrit dans l’élaboration de contenus pédagogiques, la mutualisation de pratiques et la formation des bénévoles qui interviennent sur les différents stages.

Parmi les militants présents à ce regroupement, il y avait Patrice Raffet, cadre national au sein des CEMEA, en charge de la vie pédagogique.

Patrice Raffet nous explique que l’objectif principal de la vie pédagogique est l’organisation et la mise en place d’un dispositif national de formation des militants CEMEA. Ce dispositif peut être centré à la fois sur la question théorique de l’éducation, de l’éducation nouvelle, de la pédagogie en général. Mais aussi sur la question de l’activité scientifique.


Le regroupement :

Soulabaille Cédric, responsable du secteur école aux CEMEA et chargé de mission « PicardieScience » est également présent.

Il nous explique ainsi l’intérêt du regroupement, dont l’idée principale est de pouvoir rassembler différents bénévoles des CEMEA et des Francas afin de faciliter le questionnement pédagogique et pratique des ADTS mis en place lors de futur stages formatifs.

Le but principal de ce rassemblement est de faire converger les différentes réflexions de chacun autour d’une ou plusieurs même pratique(s) afin d’enrichir les contenus des futurs stages et expérimenter de nouveaux procédés sur tous types de lieux socioprofessionnels, notamment les environnements éducatifs.


Comprendre par la pratique :

Au sein des militants présents des Francas, il y avait Druelle Grégory, directeur des Francas de la Somme et animateur scientifique, anciennement membre du réseau Planète Science. Il dirige, entre autre, les activités scientifiques de l’association.

Ici, Gregory Druelle nous présente un exemple d’animation à réaliser : une voiture “à réaction“ construite à partir de matériaux de récupération. L’enjeu étant ici d’utiliser le principe scientifique d’action-réaction en essayant d’investir des connaissances scientifiques et d’utiliser des paramètres spécifiques pouvant varier, influer sur l’objet technique réalisé et ainsi orienter le résultat souhaité.

L’accent est donc mis sur la mesure de ces paramètres (à l’aide d’outils bien définis), variants ou invariants, pour ensuite développer le projet d’animation.


La démarche pédagogique :

Bernard Gillot, formateur et militant actif des CEMEA, nous explique l’importance de la démarche pédagogique de ce regroupement et bien entendu, des ADTS : faire le plus de science possible à notre insu.

Pour Bernard, l’étonnement dans la conception de l’activité va favoriser le questionnement scientifique et ainsi amener à la théorisation du projet en utilisant des théories, lois scientifiques (comme en physique fondamentale par exemple).


Pour conclure, dans l’ensemble, tous les militants présents à ce regroupement, qu’ils fassent partie du mouvement des CEMEA ou des Francas, pensent que réfléchir, agir, en transmettant des savoirs est la base d’une bonne formation et permet de progresser dans un domaine, ici les sciences.

Chacun pense que ces moments de regroupement et de travail collectif, qui peuvent paraître particulier parfois, sont essentiels.