Au salon NaturaBio, les pseudosciences piègent les écolos

Publié par Science Pop, le 27 novembre 2019   130

Xl 1 bp0q 6rxo8coz6uyitmpja

Le salon NaturaBio se déroule fin novembre chaque année à Lille et attire à cette occasion autour de 15 000 personnes sur trois jours. Je m’y suis rendu la première fois par curiosité puis, fasciné par ce que j’ai pu y trouver, j’y suis retourné à plusieurs reprises. À l’approche de l’édition 2019, je propose un petit survol de ce que j’ai découvert à ce salon, car ça vaut vraiment le détour.

Disons-le d’emblée : sous couvert de “bio, bien-être et habitat sain”, le salon abrite un cocktail explosif de pseudosciences de tous bords. On aura d’ailleurs rarement l’occasion de voir dans un événement grand public une telle concentration et une telle diversité de bêtises.

Du commerce légitime…

Cela ne concerne pas les exposants de produits alimentaires bio ou les enseignes classiques du secteur comme Biocoop, que l’on trouve en tête des allées du salon. Que l’on soit adepte du bio ou non, leur présence est attendue et c’est probablement ce que viennent chercher les gens en premier lieu. On trouve également de l’artisanat éco-responsable, de la sensibilisation au zéro déchet ou encore des stands d’associations comme Greenpeace, Sea Shepherd ou L214. Jusqu’ici tout va bien, et on trouvera de bonnes idées pour peu que l’on soit un minimum sensible à l’écologie. Les problèmes commencent un peu plus loin dans le salon…

Le salon accueille de nombreux acteurs du bio

Je ne m’attarderai pas ici sur les compléments alimentaires “naturels” en tout genre. Certes, quand on étudie sérieusement la question, on réalise bien souvent que ces produits ont un intérêt limité voire inexistant et ne sont pas sans risque (mieux vaut manger correctement dès le départ). Dans un monde idéal, ces produits seraient mieux contrôlés et on exigerait des fabricants des preuves d’efficacité vis-à-vis des vertus déclarées. Hélas, ce n’est pas le cas. Ainsi il n’y a pas lieu de s’offusquer de la vente de spiruline à NaturaBio dans la mesure où, de nos jours, on en trouve même en pharmacie (point de vente à privilégier d’après l’Anses pour éviter les risques de contamination). On fera quand même la grimace face à des compléments alimentaires présentés comme des traitements anti-cancer alternatifs à prendre seuls (!) ou en plus des traitements conventionnels.

Au moins, ces produits présentent une plausibilité de principe : il s’agit d’effets supposés de principes actifs sur l’organisme. Il en va de même pour les huiles essentielles (malgré les revendications douteuses de l’aromathérapie). Or comme nous allons le voir, beaucoup sont loin de respecter cette exigence minimale.

… à la pure arnaque

Pour commencer, on retrouve une panoplie de praticiens et praticiennes de pseudo-médecines et pseudosciences classiques : iridologie, réflexologie, magnétiseurs, lithothérapie, acupuncture, reiki, feng shui, shiatsu… Ces pratiques souvent mal encadrées sur le plan légal reposent sur des concepts théoriques nébuleux voire totalement fantaisistes. Pour ne considérer que les magnétiseurs, disons que la mise en évidence expérimentale de leur “magnétisme” révolutionnerait notre vision non seulement de la médecine, mais aussi et surtout de la physique, avec assurément un prix Nobel à la clé. Cela vaut pour toutes les mystérieuses “énergies” invariablement invoquées par les thérapeutes des diverses variantes de “soins énergétiques”.

BD inspirée d’une conversation réelle

Mais l’intérêt de NaturaBio, c’est qu’on y découvre des choses moins connues et encore plus bizarres. Précisons que tout ce que je rapporte ici peut être trouvé dans la documentation ou les sites web des exposants en question.

Parmi les découvertes marquantes, la “géobiologie solaire” figure en bonne place. Afin de garantir “l’harmonisation des lieux et des personnes”, on vous propose de placer des objets en céramique à des endroits spécifiques chez vous. Leur prix relativement élevé est justifié par leur capacité à diffuser “l’énergie lumière”, par le biais de “biophotons”. On vous propose même un diagnostic de votre logement à distance, rien qu’avec l’adresse… Balèze.

Bien que sur-réaliste, la discussion avec ce géobiologiste s’est bien passée, ce qui n’est pas le cas avec tout le monde. Mes demandes de précisions sur le fonctionnement des produits ou des pratiques ne sont pas toujours bien accueillies et provoquent parfois de l’irritation voire de l’agressivité.

OK c‘est pas donné (comptez 120 € pièce) mais ces “orgonites” vous protégeront des ondes électromagnétiques

L’expérience a notamment été peu probante auprès d’un vendeur d’objets en “bois polarisé”. Sa “sylvothérapie énergétique” s’appuie sur un syncrétisme acrobatique mêlant feng shui, anthroposophie, yoga et mathématiques, suivant les “lois universelles du Nombre d’Or, de la Géométrie Sacrée et des Ondes de Forme”.

D’abord, puisque tout repose sur le “magnétisme naturel du bois”, le vendeur n’a pas apprécié que je rappelle que le bois n’est pas un matériau magnétique (plus précisément, il est diamagnétique, ce qui est indétectable dans la vie de tous les jours). Puis, quand je n’ai pas senti mes chakras s’aligner en me plaçant dans son “huit de l’infini”, il insinua avec irritation que c’était parce que j’étais trop sceptique (pirouette classique !). J’imagine que j’envoyais surtout des mauvaises ondes pour son business, étant donnée l’audience — et donc la clientèle potentielle — de plusieurs personnes qui écoutait. Notons qu’un participant manifestement convaincu par le magnétisme du bois m’a qualifié de “cerveau gauche” (pitié, pas ça).

Vous reprendrez bien un peu de farce ?

Les exposants rivalisent d’histoires plus loufoques les unes que les autres. Il m’est impossible de traiter ici de façon exhaustive tout ce qu’on trouve de farfelu à NaturaBio, tant la liste est longue. Si vous n’en avez pas marre de voir des guillemets, voici toutefois quelques exemples supplémentaires, en vrac (précisons qu’aucune blague n’est glissée dans la liste) :

  • On apprend que les bijoux en bois de noisetier permettent de “réguler le pH de votre corps”. Ben oui c’est vrai, l’équilibre acido-basique c’est important.
  • Sur les étals, des livres prônent le fait de vivre pendant des années “sans nourriture matérielle” ou de se soigner en buvant sa propre urine.
  • Des dispositifs sont vendus pour la “dynamisation” de l’eau, grâce à un “mouvement tourbillonnaire”. Celui-ci “structure et réactive l’eau” et libère “une énergie libre et anti gravité synonyme de vitalité”, rien que ça.
  • Un stand proposait de comparer une eau citronnée normale avec une eau citronnée ayant été “informée”, en direct, grâce à un dispositif “utilisant la physique quantique” (ce qui n’est JAMAIS bon signe). La seconde avait un goût bien plus prononcé. Étonnamment, je n’ai pas été autorisé à reproduire l’expérience moi-même.
  • La coiffure “énergétique” considère vos cheveux comme les cordes d’un instrument de musique, le rasoir comme un archet et votre crâne comme une caisse de résonance. Avec l’offre spéciale salon, on vous coupe les cheveux pour 125 €. Ça “libère des choses” et ça peut aider si vous avez des pathologies comme le cancer ou la sclérose en plaques (!).
Les thérapeutes peuvent se procurer cet appareil de “biorésonance”, moyennant quelques milliers d’euros.

Ce que ces produits et services ont en commun, c’est qu’il est impossible de les vendre sans que la clientèle soit dans une large mesure trompée. Certes, il n’y a pas lieu de dire que toutes ces personnes vendent du vent en connaissance de cause : dans le lot certaines sont probablement sincèrement convaincues par leur propre baratin. Néanmoins, l’exemple du test de l’eau “informée” montre qu’on est en droit de penser que des individus sont là pour exploiter la crédulité des gens. D’autres se situeront entre ces deux extrêmes, et dans le doute je préfère supposer la bonne foi.

Mentionnons aussi la présence d’exposants orientés développement personnel ou psychothérapie, avec par exemple de la psychogénéalogie, dont les dangers sont connus, ou de la “sophro-analyse” qui vous propose carrément de revivre votre naissance. On trouve aussi de nombreux stages et formations à teneur New Age ou spirituelle. À ce stade, on pense aux mises en gardes de la MIVILUDES (dont on peut d’ailleurs déplorer le potentiel démantèlement) contre le risque de dérives sectaires d’activités de ce type. En particulier, la présence de stands Access Consciousness est inquiétante.

Wow… n’étant déjà pas fan de la psychanalyse normale, je n’étais pas prêt pour la notion de “lapsus corporel”

Il est intéressant de noter que selon la charte du salon, un comité étudie le sérieux de chaque thérapeute. Quand on se dit que ce comité a accepté quelqu’un qui vous propose de “reprogrammer votre ADN” avec “les énergies kurumbla”, on a du mal à imaginer qui pourrait se voir refuser l’entrée. En fait, on peut plus largement se demander si NaturaBio respecte sa propre charte. Par exemple, l’ésotérisme est en principe interdit alors qu’on trouve des ouvrages de numérologie à la vente.

Les conférences du salon

Il y a là aussi à boire et à manger. Cette année, le programme contient des choses intéressantes comme une intervention sur le zéro déchet ou encore un universitaire présentant les initiatives citoyennes de transition écologique. Hélas, on attend également une naturopathe affirmant qu’on peut — et qu’on devrait — se passer des antibiotiques, entre autres au profit de l’homéopathie (on sait comment cela peut tragiquement mal tourner).

Pour ma part j’ai assisté en 2017 à la conférence de François Veillerette, président fondateur de Générations Futures, au sujet des perturbateurs endocriniens. Malgré les critiques qu’on peut lui faire, il y a une nette différence entre son discours et le charabia d’une personne qui parle “d’ondes scalaires” plus rapides que la lumière qui transportent “l’information essentielle à la construction du monde [et au] maintien de la néguentropie de l’Univers”.

Le milieu écologiste doit rejeter les pseudosciences

Il y a toujours eu des gens pour s’enrichir sur la crédulité des autres. On peut même dire que le marketing est dans une large mesure un travail de manipulation, y compris évidemment sur le marché plus “classique”.

Toutefois à NaturaBio (et visiblement dans les autres salons du réseau Zen & Bio), une culture scientifique minimale permet de nos jours de saisir l’ineptie d’une bonne partie des produits et services proposés, notamment ceux dont la fonction première n’a elle-même aucun sens (“dynamiser” l’eau, “harmoniser” une maison, “reprogrammer” son ADN…). Malgré le halo vertueux qu’arborent les exposants (“on aime la nature, on est les gentils”), une arnaque reste une arnaque.

Il convient surtout de souligner à quel point le public sensible à l’écologie est ici ciblé, avec succès, notamment grâce à un marketing basé sur un appel à la nature sous stéroïdes. Plus généralement, il suffit de regarder les ouvrages proposés à la vente chez Biocoop, le succès de la biodynamie ou encore le soutien d’EELV à l’homéopathie pour constater la perméabilité du milieu écologiste au charlatanisme.

Le problème, c’est que quand des personnes identifiées comme “écolos” disent ou font n’importe quoi, cela décrédibilise le mouvement écologiste et prête le flanc aux attaques de ses adversaires politiques et idéologiques. Or, j‘imagine ne pas être le seul à penser que la lutte essentielle pour l’écologie est assez difficile comme ça.