Le lupus : la maladie aux mille visages

Publié par Marion Guibourdenche, le 10 mai 2022   5k

Le lupus érythémateux disséminé est une maladie chronique auto-immune. Cette maladie est connue pour ses lésions cutanées sur le visage en forme de masque, appelé “loup” traduit “lupus” en latin. Cependant, elle induit divers symptômes concernant de nombreux organes. Bien que l’origine de ce dérèglement immunitaire soit encore méconnu, différents facteurs de risque ont été définis.

Une maladie systémique, principalement cutanée et rénale

Le lupus érythémateux disséminé est une maladie chronique auto-immune autrement appelée lupus systémique, car elle concerne plusieurs organes. Les signes cliniques variables varient en fonction des patients et se caractérisent généralement par des anomalies biologiques. La présence d'anticorps antinucléaires, dirigés contre certains constituants du noyau des cellules, est caractéristique de cette maladie. Dans cette maladie auto-immune, le dérèglement du système immunitaire induit une attaque contre nos propres cellules. Cela déclenche une production excessive d’auto-anticorps et de globules blancs (lymphocytes) responsable de réactions inflammatoires et de lésions de divers tissus.  Elle peut concerner de nombreuses parties du corps telles que les articulations, les muscles, les reins, le cœur, le système nerveux, les poumons ou le sang [1]. Au niveau de la peau, les manifestations cliniques principales sont une éruption malaire, éruption discoïde, photosensibilité et lésions de la muqueuse buccale [2]. Le traitement de ses effets regroupe la prise d’antipaludéens (hydroxychloroquine, chloroquine et quinacrine) et dans des cas plus importants, d’autres options thérapeutiques sont possibles avec des médicaments immunosuppresseurs et immunomodulateurs [3]. La mortalité de cette maladie est importante et est liée à l’apparition de maladies cardiovasculaires, d’infections et de néphrite lupique. Le traitement de cette atteinte rénale importante est le belimumab. Cet inhibiteur spécifique des stimulateurs des lymphocytes B, auto-injecté en sous-cutané est le seul produit biologique approuvé pour cette maladie. Il a été autorisé en 2017 aux USA et en Europe pour les adultes et en 2019 pour les enfants. Ce traitement permet de réduire l'activité de la maladie et le risque de nouvelles poussées graves [4]. Une revue de la littérature résume les options thérapeutiques pour les diverses manifestations et états de sévérité de la maladie, notamment pour les enfants ou les femmes enceintes [5]. 

Une maladie rare, principalement féminine, aux origines encore méconnues

Bien que l’origine de ce dérèglement immunitaire soit encore inconnue, certains facteurs ont été identifiés. Plusieurs gènes semblent impliqués, mais n’ont pas encore été identifiés. Le lupus peut être un effet indésirable de certains traitements tels que des anti-convulsivants, des bêta-bloquants et certains antibiotiques. Des facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle comme les rayons UV, le tabac, l’alcool [6], les drogues, la radiothérapie ou l'exposition à des virus.

Quels risques lors de ma grossesse ?

Cette pathologie est principalement féminine (90 % des cas) et survient généralement entre la puberté et la ménopause, en âge d’avoir des enfants. Les changements hormonaux lors d’une grossesse peuvent induire cette maladie. Cependant, il n’existe pas de recommandations spécifiques pour la prise en charge des manifestations cutanées du lupus pendant la grossesse [7]. Les femmes souffrant de cette maladie peuvent avoir des poussées pendant leurs grossesses et ainsi risquer des effets indésirables (perte fœtale, pré-éclampsie, naissance prématurée…). Leurs traitements doivent ainsi être adaptés avec cette période de grossesse, certains traitements tels que la prise de belimubab seront arrêtés à la conception et repris pendant l'allaitement [8]. La morbidité et la mortalité liées à la grossesse sont fréquentes dans cette maladie. Cependant, celle-ci étant de mieux en mieux traitée, la grossesse est plus envisageable pour ces patientes [9].

La prise en charge de cette maladie est encore à l’étude afin d’améliorer la qualité de vie de ces patients et de mieux comprendre l’origine de cette maladie. Lors des périodes de l’enfance et de grossesse, celui-ci est également à l’étude afin d’améliorer le traitement dans cette période spécifique [10]. Le défi diagnostique et thérapeutique animera les recherches de ces prochaines années. 

Marion Ricour (Guibourdenche)

Docteure en Biologie Santé

Ingénieure en Alimentation & Santé


Sources : 

  1.  Tani C, Elefante E, Arnaud L, Barreira SC, Bulina I, Cavagna L, Costedoat-Chalumeau N, Doria A, Fonseca JE, Franceschini F, Fredi M, Iaccarino L, Limper M, Majnik J, Nagy G, Pamfil C, Rednic S, Reynolds JA, Tektonidou MG, Troldborg A, Zanframundo G, Mosca M. Rare clinical manifestations in systemic lupus erythematosus: a review on frequency and clinical presentation. Clin Exp Rheumatol. 2022 Apr 29. doi: 10.55563/clinexprheumatol/jrz47c. Epub ahead of print. PMID: 35485422.
  2. Uva L, Miguel D, Pinheiro C, Freitas JP, Marques Gomes M, Filipe P. Cutaneous manifestations of systemic lupus erythematosus. Autoimmune Dis. 2012;2012:834291. doi: 10.1155/2012/834291. Epub 2012 Jul 25. PMID: 22888407; PMCID: PMC3410306.
  3. Chasset F, Francès C. Current Concepts and Future Approaches in the Treatment of Cutaneous Lupus Erythematosus: A Comprehensive Review. Drugs. 2019 Jul;79(11):1199-1215. doi: 10.1007/s40265-019-01151-8. PMID: 31228033.
  4. Levy RA, Gonzalez-Rivera T, Khamashta M, Fox NL, Jones-Leone A, Rubin B, Burriss SW, Gairy K, Maurik AV, Roth DA. 10 Years of belimumab experience: What have we learnt? Lupus. 2021 Oct;30(11):1705-1721. doi: 10.1177/09612033211028653. Epub 2021 Jul 8. PMID: 34238087; PMCID: PMC8564244.
  5. Nikolopoulos D, Fotis L, Gioti O, Fanouriakis A. Tailored treatment strategies and future directions in systemic lupus erythematosus. Rheumatol Int. 2022 Apr 21. doi: 10.1007/s00296-022-05133-0. Epub ahead of print. PMID: 35449237.
  6. Wieczorek M, Gwinnutt JM, Ransay-Colle M, Balanescu A, Bischoff-Ferrari H, Boonen A, Cavalli G, de Souza S, de Thurah A, Dorner TE, Moe RH, Putrik P, Rodríguez-Carrio J, Silva-Fernández L, Stamm TA, Walker-Bone K, Welling J, Zlatkovic-Svenda M, Verstappen SM, Guillemin F. Smoking, alcohol consumption and disease-specific outcomes in rheumatic and musculoskeletal diseases (RMDs): systematic reviews informing the 2021 EULAR recommendations for lifestyle improvements in people with RMDs. RMD Open. 2022 Mar;8(1):e002170. doi: 10.1136/rmdopen-2021-002170. PMID: 35351808; PMCID: PMC8966569.
  7. Vieitez Frade J, Filipe P. Lupus erythematosus: Management of cutaneous manifestations during pregnancy. Dermatol Ther. 2022 Apr 3:e15486. doi: 10.1111/dth.15486. Epub ahead of print. PMID: 35373415.
  8. Dao KH, Bermas BL. Systemic Lupus Erythematosus Management in Pregnancy. Int J Womens Health. 2022 Feb 15;14:199-211. doi: 10.2147/IJWH.S282604. PMID: 35210867; PMCID: PMC8859727.
  9. Moyer A, Chakravarty EF. Management of Pregnancy in Lupus. Rheum Dis Clin North Am. 2021 Aug;47(3):441-455. doi: 10.1016/j.rdc.2021.04.008. Epub 2021 Jun 16. PMID: 34215373.
  10. Aringer M, Alarcón-Riquelme ME, Clowse M, Pons-Estel GJ, Vital EM, Dall'Era M. A glimpse into the future of systemic lupus erythematosus. Ther Adv Musculoskelet Dis. 2022 Mar 30;14:1759720X221086719. doi: 10.1177/1759720X221086719. PMID: 35368371; PMCID: PMC8972918.