« Slame ma thèse, slame ton identité » : retour d’expérience

Publié par Ombelliscience -, le 15 juillet 2021   230

Xl illustration article

Dans le cadre de la mission « Science Société » en partenariat avec l’Université de Lille et Ombelliscience, j’ai eu la chance de pouvoir monter le projet de médiation créative « Slame ma thèse, slame ton identité ». Ce projet a été l’occasion pour moi de renouer avec la conception de projet culturel et de mêler cette compétence et cet attrait à mon projet doctoral, mais aussi de reprendre contact avec plusieurs institutions qui me sont chères et qui m’ont vu grandir, le lycée Antoine Watteau de Valenciennes et le Labo des histoires Hauts-de-France.

En effet, ma tâche consistait à imaginer un support qui permettrait de transmettre d’une façon simple et ludique certains de mes résultats de recherche en littératures comparées. Tout de suite, l’idée s’est imposée à moi d’inclure le Labo des histoires à ce projet, une association qui propose des ateliers d’écriture créative aux jeunes de la région. En discutant avec sa directrice, nous avons eu l’idée de proposer aux participant·es du projet la forme du slam, une expression poétique, à la fois écrite et orale, idéale pour une thématique aussi complexe que l’identité. J’ai été ravie de voir s’établir une vraie collaboration entre le Labo des histoires et les deux instances qui sont à l’origine du projet, l’Université de Lille et Ombelliscience, et de contribuer ainsi à la naissance d’un nouveau réseau.

Mon projet de thèse traitant des littératures française et germanophone, il me semblait important de pouvoir échanger avec des participant·es ayant également un attrait pour la langue allemande. J’ai donc contacté la section AbiBac (qui prépare au double diplôme franco-allemand du baccalauréat) de mon ancien lycée. Ma professeure de littérature allemande d’alors a été très enthousiaste à l’idée d’offrir à ses élèves de terminale une activité si originale, surtout en cette période de pandémie.

L’équipe d’intervention, composée de Prescillia Ben, la directrice du Labo des histoires, d’Albert Morisseau-Leroy, l’intervenant slameur et de moi-même s’est donc rendue les6, 13 et 17 février 2021 au lycée Antoine Watteau, accompagnée par Camille de Visscher et Pauline Leroy de l’Université de Lille, ainsi que par Nicolas Brazier d’Ombelliscience.



Lors de notre première intervention, j’ai d’abord commencé par expliquer aux élèves en quoi consistait la recherche en sciences humaines de manière générale, puis mon projet de thèse en particulier. J’ai surtout insisté sur la réflexion que j’essaie de mener sur la construction de l’identité en lien avec les notions de genre, de sexualité, d’origine ethnique, et sur le lien entre individu et collectif.

Puis, Albert Morisseau-Leroy a rattaché ces idées à l’art du slam qu’il pratique, pour mettre les participant·es en confiance, les inviter à parler en toute sincérité et à se laisser aller au processus créatif. La deuxième séance a été consacrée à l’écriture d’un texte de slam individuel. Chaque participant·e a été amené·e à pratiquer la forme écrite du slam en imaginant un texte en lien avec les problématiques de ma thèse abordées durant le premier atelier.

Puis, durant la troisième séance, quatre petits groupes se sont formés et ont fusionné les textes individuels pour parvenir à quatre textes collectifs. L’intervenant-slameur Albert Morisseau-Leroy les a alors initié·es à l’art oral du slam, la déclamation. Enfin, les différents groupes, formant les Brigades d’Interventions Poétiques, se sont dispersés aux quatre coins du lycée, déclamant salle après salle leurs textes aux autres élèves de l’établissement et à l’équipe pédagogique.

Au fil des trois séances, les participant·es se sont véritablement ouvert·es et ont offert une véritable réflexion individuelle et collective. Cela a consolidé ce que je savais déjà : cette nouvelle génération se questionne et s’informe de plus en plus sur les questions de sa propre identité et le respect de celle d’autrui. Ma recherche a donc trouvé un champ d’application concret, en permettant d’offrir des outils à une pensée déjà existante pour la pousser encore plus loin, mais surtout pour la mettre en mots. Ici, il s’agissait surtout de la mettre en poésie et de déclamer devant leurs camarades de lycée et leurs professeur·es des textes franco-allemands qui avaient aussi pour but de revaloriser la langue allemande.

Les ateliers du projet « Slame ma thèse, slame ton identité » constituent une expérience inoubliable, preuve de l’importance de la recherche en sciences humaines et surtout en littérature. Même s’il ne s’agit pas d’une recherche théorique, qui créerait de tous nouveaux concepts applicables à l’ensemble de la littérature, elle offre le cadre pour développer et complexifier des réflexions en constante évolution.

Article réalisé par April Dupont dans le cadre de la mission doctorale « Science société » mise en place par Ombelliscience et l’Université de Lille.

April est doctorante en troisième année de thèse (cofinancée par l’ED SHS de l’Université de Lille et l’Université Franco-Allemande – Deutsch-Französische Hochschule) en littératures comparées (2018-2022) en cotutelle de thèse au sein du laboratoire ALITHILA – ULR 1061 – Université de Lille sous la direction de Karl Zieger (PR) et au sein du Romanisches Seminar – Westfälische Wilhelms-Universität Münster – sous la direction de Prof. Dr. Christian von Tschilschke.

Vous pouvez déjà retrouver un de ses articles sur le site web dédié au partage des sciences dans la région Echosciences Hauts-de-France !

Article "Des romans et des genres : la multiplicité des identités au XXIe siècle"


Photographies :  Ombelliscience et Université de Lille