Mieux comprendre et gérer sa prise de poids pendant son cancer du sein

Publié par Marion Guibourdenche, le 12 avril 2022   170

Plus de la moitié de femmes atteintes d’un cancer du sein prennent du poids durant le traitement de leur maladie et durant les années qui suivent [1]. Diverses raisons peuvent expliquer ce phénomène, comme des perturbations psychologiques, des modifications hormonales, les traitements, une diminution de l’activité physique... Cette prise de poids peut avoir des effets néfastes sur votre santé et augmenter vos risques de récidive. Il est alors important de la limiter au maximum avec une alimentation et une activité physique adaptées. D’où provient cette prise de poids pendant et après votre cancer ? Quels impacts cela pourrait avoir sur d’éventuelles récidives ?

J’ai grossi depuis le traitement de mon cancer du sein…

Il est très fréquent de prendre du poids après son cancer du sein (de 2,5 à 6,2 kg en moyenne), et de manière persistante dans le temps. Ce phénomène semble dépendant du type et de la durée du traitement. En effet, la chimiothérapie est à l’origine d’un gain de poids plus important qu’une chirurgie et/ou une radiothérapie. Cette prise de poids est proportionnelle à la durée du traitement. Elle pourrait provenir d’un déséquilibre énergétique lié à une mauvaise tolérance au traitement, une diminution de la masse musculaire ou à des altérations hormonales. Ce phénomène est caractérisé par une augmentation de la masse grasse et une perte de la masse maigre, on parle d’un état d’ « obésité sarcopénique » [2, 3,4,5].

Comment mon traitement induit une prise de poids ?

La prise de poids liée au traitement est définie par une augmentation du tissu adipeux (tissus graisseux). Celui-ci est constitué d’adipocytes, les cellules graisseuses, qui dialoguent avec les cellules cancéreuses, grâce à la production de signaux inflammatoires (les adipokines). Elles vont ensemble contribuer à la progression tumorale. L'augmentation du nombre et de la quantité des adipocytes, en particulier au niveau abdominal, sont à l’origine de perturbations métaboliques. Cela peut se caractériser par une résistance à l'insuline, donc potentiellement une augmentation de l’insulinémie, et une augmentation de la production d’adipokines. Ainsi notre tissu adipeux va favoriser la prolifération et la migration des cellules cancéreuses et l’état d’inflammation. De plus, la fatigue et le stress liés à ce traitement peuvent entraîner une baisse de l’activité physique et donc une augmentation de la prise de poids. Aussi, les corticostéroïdes, qui aident à soulager les nausées et autres effets secondaires de la chimiothérapie, sont des hormones qui peuvent provoquer une augmentation du tissu adipeux et une augmentation de l’appétit. D’autres traitements peuvent être à l’origine de ce phénomène, comme l'hormonothérapie à l’origine d’une diminution de la quantité d’œstrogènes et de progestérone induisant un ralentissement de notre métabolisme [6,7,8].

La préménopause et la prise de poids…

Certains agents chimio-thérapeutiques peuvent ralentir temporairement le métabolisme de notre organisme ou induire un état de pré-ménopause induisant des changements hormonaux importants. Les femmes pré-ménopausées au moment du diagnostic prendraient plus de poids que les femmes ménopausées pendant et après leurs traitements. La diminution de concentrations d'hormones sexuelles (taux d'œstrogènes et de progestérone) peut induire une accélération des changements physiologiques associés à la ménopause. Ceci a tendance à provoquer une augmentation de la graisse corporelle et une diminution de la masse musculaire. Même si ces patientes ne prennent pas plus de poids que d’autres pendant le traitement, elles sont susceptibles de prendre plus de poids après le traitement. Cette prise de poids est également un problème persistant pour de nombreuses femmes ménopausées [1,9].

Ma prise de poids influe-t-elle sur des risques de récidives ?

L'adiposité est impliquée dans la carcinogenèse. Ceci est particulièrement établi dans le cancer du sein, puisque la tumeur se développe au niveau mammaire, zone importante de tissu adipeux chez la femme. De ce fait, une prise de poids accrue caractérisée par une augmentation du nombre et de la taille des cellules adipeuses va influer sur le développement de nombreux cancers et en particulier, du cancer du sein. Cet état d’inflammation chronique va stimuler la production des cellules cancéreuses et ainsi augmenter les risques de récidive et de décès à la suite d’un cancer. Enfin, la prise de poids, le surpoids et l'obésité ont un effet négatif sur la santé globale et prédisposent les survivantes du cancer du sein à de nombreuses maladies chroniques métaboliques comme les maladies cardiovasculaires ou le diabète [10].

Quelques conseils pour gérer votre prise de poids pendant et après un cancer du sein.

De nombreuses astuces culinaires et un suivi nutritionnel adapté peuvent vous aider durant et après votre traitement à conserver une alimentation équilibrée, malgré les effets secondaires alimentaires liés à vos traitements. Le fait de limiter voire d’éviter la prise de poids après votre traitement peut permettre d’éviter la contraction d’autres cancers et de limiter les risques de récidive [11]. Ces conseils ne remplacent pas l’accompagnement d’un professionnel de santé, en cas de problème persistant parlez-en avec votre oncologue.

Marion Guibourdenche

Docteure en Biologie Santé

Ingénieure en Alimentation & Santé

Sources:

1. Vance V, Mourtzakis M, McCargar L, Hanning R. Weight gain in breast cancer survivors: prevalence, pattern and health consequences. Obes Rev. 2011 Apr;12(4):282-94. doi: 10.1111/j.1467-789X.2010.00805.x. Epub 2010 Sep 29. PMID: 20880127.

2. Trédan O, Bajard A, Meunier A, Roux P, Fiorletta I, Gargi T, Bachelot T, Guastalla JP, Lallemand Y, Faure C, Pérol D, Bachmann P. Body weight change in women receiving adjuvant chemotherapy for breast cancer: a French prospective study. Clin Nutr. 2010 Apr;29(2):187- 91. doi: 10.1016/j.clnu.2009.08.003. Epub 2009 Aug 26. PMID: 19713014.

3. Demark-Wahnefried W, Rimer BK, Winer EP. Weight gain in women diagnosed with breast cancer. J Am Diet Assoc 1997; 97: 519–529.

4. Demark-Wahnefried W, Winer EP, Rimer BK. Why women gain weight with adjuvant chemotherapy for breast cancer. J Clin Oncol 1993; 11: 1418–1429

5. Visovsky C. Muscle strength, body composition, and physical activity in women receiving chemotherapy for breast cancer. Integr Cancer Ther 2006; 5: 183–191.

6. Heideman WH, Russell NS, Gundy C, Rookus MA, Voskuil DW. The frequency, magnitude and timing of post-diagnosis body weight gain in Dutch breast cancer survivors. Eur J Cancer 2009; 45: 119–126.

7. Gadéa E, Thivat E, Planchat E, Morio B, Durando X. Importance of metabolic changes induced by chemotherapy on prognosis of early-stage breast cancer patients: a review of potential mechanisms. Obes Rev. 2012 Apr;13(4):368-80. doi: 10.1111/j.1467-789X.2011.00957.x. Epub 2011 Dec 1. PMID: 22133030.

8. Kumar N, Allen KA, Riccardi D et al. Fatigue, weight gain, lethargy and amenorrhea in breast cancer patients on chemotherapy: is subclinical hypothyroidism the culprit? Breast Cancer Res Treat 2004;83:149-59

9. Amy L. Gross, Betty J. May, Jennifer E. Axilbund, Deborah K. Armstrong, Richard B.S. Roden and Kala Visvanathan. Weight Change in Breast Cancer Survivors Compared to Cancer-Free Women: A Prospective Study in Women at Familial Risk of Breast Cancer. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev August 1 2015 (24) (8) 1262-1269; DOI: 10.1158/1055-9965.EPI-15-0212

10. Laurent V, Nieto L, Valet P, Muller C (2014). Tissu adipeux et cancer. médecine/sciences, 30(4), 398–404. doi:10.1051/medsci/20143004013

11. Keum N, Greenwood DC, Lee DH, Kim R, Aune D, Ju W, Hu FB, Giovannucci EL. Adult weight gain and adiposity-related cancers: a dose-response meta-analysis of prospective observational studies. J Natl Cancer Inst. 2015 Jan 24;107(3):dju428. doi: 10.1093/jnci/dju428. PMID: 25618901.